jeudi 13 novembre 2008

89.3

Ça pourrait être la fréquence d'une radio FM, mon poids en kilogrammes ou encore un nombre d'heures de vol d'un pilote, mais il n'en est rien !
89.3 cents (0.893 $Ca), c'est le prix du litre d'essence ordinaire (SP95/98 en France) à l'heure actuelle !





Ce qu'il faut savoir, c'est qu'au Québec le prix de l'essence varie très rapidement. Il suit le cours du baril de pétrole, qui avoisine les 59 $US à ce jour.

Alors qu'en France, "le prix que l’on paie à la pompe est beaucoup plus élevé que le prix de revient de ces produits. Pourquoi cette différence ? Elle provient de la fiscalité du pays consommateur. Pour les trois grands pays européens (Allemagne, France, Grande-Bretagne), l’ordre de grandeur moyen de la taxe sur les produits pétroliers représente les trois quarts du prix de vente du produit.


Les taxes:

Plus précisément, 1 euro d’essence (SP 95) correspond approximativement à :
- 30 centimes de coût de production du brut et de fiscalité du pays producteur,
- 2 centimes de transport du brut,
- 5 centimes de raffinage du brut,
- 3 centimes de distribution de l’essence,
- 60 centimes de taxe pétrolière revenant à l’Etat.

Aux Etats-Unis, la taxe sur les produits pétroliers ne représente qu’un quart du prix de vente. C’est pour ça que l’essence y est beaucoup moins chère qu’en Europe. Malheureusement, une essence peu chère n’incite pas les consommateurs à faire des économies d’énergie !
La taxe sur les produits pétroliers représente entre 10 et 20 % des budgets des 3 grands pays européens."

Source : http://www.planete-energies.com


Entre la crise des crédits, le réchauffement climatique, un pétrole qui baisse, mais le Jet Fuel toujours aussi cher, et les compagnies qui ferment...
Il va falloir revoir les différentes émissions polluantes et leurs répercussions sur le réchauffement climatique s'il n'est pas déjà trop tard, avec l’engagement ambitieux de maintenir le même niveau global d’émission de gaz à effet de serre dans un contexte où le transport aérien devrait doubler d’ici 2050, selon Yves Galland, le président de Boeing France.

Aussi bien que la crise financière peut avoir un impact direct et immédiat sur les compagnies. C’est ce qu’avait expliqué Richard Branson (papa de Virgin) lors d’une interview sur Fox News le 10 octobre dernier : Virgin Atlantic aurait pu « disparaître » si la Halifax Bank of Scotland (HBOS) avait fait faillite.

La compagnie britannique y avait en effet un dépôt d’un milliard de livres, qu’elle n’a pas pu récupérer lorsque la banque a frôlé la banqueroute.

Le danger passé, Virgin Atlantic a recouvré ses fonds et envisage à présent d’en utiliser une partie dans la recapitalisation de Virgin America...


La hausse du prix du kérosène a incité les compagnies aériennes à investir dans des appareils neufs, plus performants, pour réduire leur consommation, donc leurs dépenses en carburant. Les carnets de commandes des deux constructeurs Boeing et Airbus sont pleins pour au moins sept ans.

Carburants synthétiques, biocarburants de seconde génération, générateurs auxiliaires de puissance par piles à combustible…
Le quel va nous sortir de cette crise et cette lutte contre le réchauffement climatique ?

Source: http://jr.skynetblogs.be


En attendant, je continue toujours d'apprendre à devenir instructeur (un bon). Etrangement, j'en suis à l'exercice 10 : "Autonomie maximale et distance franchissable" qui permet d'expliquer à un étudiant comment voler sur une longue distance et/ou un temps long, à la meilleure économie de carburant...

Photo du jour...

1 commentaires:

JJ a dit…

88.3 ce matin.. ca baisse encore !!
:)

a quand l'heure de vol moins cher ?
va falloir en parler a Gaston !